Exclusif : Derek Williams, l’interwiew choc

Il y a des occasions, dans une carrière, que l’on en peux pas rater. Une interview de Derek Williams par exemple. Pas parce que j’ai été conduit vers lui les yeux bandés, par des gardes armés jusqu’au dents, dans une ambiance digne du meilleur film Scorsese. Non, ca ne se refuse pas simplement parce qu’une telle occasion ne se présente qu’une fois dans une vie.

dwMonsieur Williams m’a reçu dans un salon confortable avec un excellent whisky. Il est aussi solide que dans le passé et affiche une assurance et une détermination peu commune.

Pouvez vous vous présentez ?
(Un petit sourire s’affiche sur les lèvres de l’homme puis sa voix grave, calme, tonne dans la pièce.)
Derek Williams, chef du Front de Libération, j’aime à penser que tous les vrais américains de Seattle me suivent, en pratique ou en pensées.

Pouvez vous présentez le FDL ?
Le FDL. (Il rit légèrement.) On le connaît déjà beaucoup, on a eu notre période intense il y a quelques années. Du coup, plus personne n’arrive à Seattle sans avoir entendu parler du FDL.
On s’est imposé rapidement sur le devant de la scène à Seattle même si… il semble réfléchir certaines personnes pensent pouvoir nous faire taire.

Que pensez-vous des organisations qui s’opposent à vous ?
Ca dépend desquelles vous parlez. Si c’est le SPD, plus particulièrement le SPD Center, je crois que le Capitaine Connor et moi on a déjà eu le temps de s’expliquer, depuis ça va mieux. (Il rit à nouveaux de bon coeur.) Quand au Phénix par exemple, ce sont de petits joueurs avec de gros jouets, ils nous causent quelques soucis mais au final, on sait ce qu’on vaut et on n’a rien à prouver.
Les autres groupes sont encore trop mineurs pour qu’on ait à s’en inquiéter et on a également quelques… appuis qui nous aident beaucoup.

Pourquoi vous voit-on moins depuis quelques mois ?
J’ai pris quelques temps pour me ressourcer. Je vous ai dis que Connor et moi nous nous étions expliqué. Et bien c’était houleux et ça ne s’est pas fait sans concessions. Mais maintenant, le SPD Center travaille pour nous, j’ai donc moins le besoin d’agir moi-même.

Le SPD travaille pour vous ? Pouvez-vous nous en dire plus ?
Je comprend que cela puisse en dérouter certains mais en effet le SPD Center a fait pas mal de ménage ces temps-ci, pour le Blackout par exemple. Ils ont ainsi coupé en deux les Templiers Blancs et porté un coup non négligeable au Phénix.
En plus, comble de l’ironie, ils ont travaillé main dans la main avec Patte Blanche, n’est-ce pas merveilleux ?

Justement, que pensez vous d’une opération comme le Blackout ?
Que c’est un gros coup de pub. Que je ne crois pas non plus que c’était un accident comme les Templiers, enfin ce qu’il en reste, se sont empressés de le signifier. Je pense que c’était prémédité, et que, moyennant 50% de leur effectifs actifs en moins, c’est des milliers d’adhérents en plus. Et quand on y pense, c’est presque intelligent.
Ca veut également dire qu’on devra les surveiller de près.

Cela veut-il dire que le FDL va en revenir a des actions musclées ?
Peut-être… Cela dépend de comment nos amis du Center continue leur travail.
Mais on va sûrement faire quelques apparitions car on voit bien qu’on manque au public.
Ils veulent de vraies valeurs et ce n’est pas facile, surtout avec le président qu’on connaît.
Comme on dit, « Yes We Can ».

Updated: 7 mai 2015 — 19 h 23 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *